Présentation

Fondement des MAIA

Les MAIA reposent sur le constat d'une fragmentation de la prise en charge des personnes âgées, tant pour l'accessibilité aux soins et aux aides que pour le fonctionnement des structures et des services, particulièrement problématiques dans la situation des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. 
 
D'autres structures de coordination ont déjà été mises en place, telles que les centres locaux d'information et de coordination (CLIC) et les réseaux gérontologiques, sans qu'aucune ne soit légitimée par l'ensemble des services d'un territoire pour suivre la personne tout au long de son parcours. 
 
À travers les MAIA, l'objectif consiste à renforcer l'articulation des intervenants des champs sanitaire, social et médico-social, autour de la personne en perte d'autonomie fonctionnelle et de ses aidants. Cette nouvelle organisation vise à simplifier les parcours, à réduire les doublons en matière d'évaluation, à éviter les ruptures de continuité dans les interventions auprès des personnes, et à améliorer la lisibilité par l'organisation partagée des orientations. 
Il ne s'agit pas de créer de nouvelles instances, mais de potentialiser les structures existantes en évitant les redondances. 
Les MAIA sont portées par des acteurs, déjà présents dans le paysage institutionnel : Conseils départementaux, Clic, hôpitaux, réseaux gérontologiques, SSIAD etc.
 
À partir du suivi et de l'accompagnement rapproché des sites par l'équipe projet nationale MAIA et d'un large travail collaboratif, un cahier des charges national des dispositifs MAIA a été élaboré et diffusé aux agences régionales de santé (ARS) en janvier 2011. Celui-ci définit le concept d'intégration, les modalités de pilotage des MAIA, les six axes permettant de développer l'intégration des services de soins et d'aide, et enfin les étapes du processus. Le cahier des charges national des dispositifs MAIA donne un cadre d'organisation et une méthodologie, devant permettre l'intégration des services. Il appartient en grande partie aux acteurs locaux, sous l'impulsion du pilote, de s'approprier cette démarche en la transposant au contexte local, et en s'appuyant sur l'existant, en particulier, sur les coordinations déjà existantes à travers principalement les CLIC et/ou les réseaux gérontologiques. 
 

Les MAIA se développent de la façon suivante :

Trois mécanismes : 
  • la concertation (stratégique et tactique),
  • le guichet intégré
  • et la gestion de cas. 
Trois outils :
  • l'outil standardisé d'évaluation multidimensionnelle des besoins de la personne suivie en gestion de cas,
  • le plan de services individualisé élaboré par le gestionnaire de cas,
  • et un système d'information partagé. 
Le pilote du dispositif MAIA impulse et entretient le processus dynamique d'intégration des services. Il est le garant de l'implantation de la concertation, du lancement du guichet intégré et de la mise en place de la gestion de cas. Il fait le lien entre les deux niveaux de concertation, ainsi qu'entre les trois mécanismes : la concertationle guichet intégré et la gestion de cas