Gestion de cas

La Gestion de cas une réponse individualisée aux situations complexe.

C'est un service de recours auquel font appel les professionnels.

La gestion de cas ne saurait résumer le rôle des dispositif MAIA ; Les gestionnaires de cas n'ont de sens que dans un contexte d'intégration (structuration de la concertation, travail d'élaboration d'un guichet intégré et utilisation d'outils spécifiques et dédiés).

Travailleurs sociaux ou professionnels paramédicaux, les « gestionnaires de cas » interviennent dans les situations complexes, afin de coordonner le travail des différents intervenants. Ces professionnels sont les équivalents français des « case managers » anglo-saxons ou coordonnateurs de santé en gériatrie ; leur expertise est pluridisciplinaire.

Leur mission est d'intervenir dans les situations complexes de personnes subissant de graves atteintes cognitives ou de lourdes pertes d'autonomie fonctionnelle. Le gestionnaire de cas organise de la prise en charge globale des personnes qu'il suit. Il est le référent et l'interlocuteur direct de la personne, de sa famille et de son médecin traitant. Il garantit le soutien et l'accompagnement des personnes et des aidants informels et développe un partenariat entre les professionnels sanitaires, médico-sociaux et sociaux concernés. Il évalue les situations dans une approche multidimensionnelle, définit un plan de service individualisé, basé sur les  besoins dûment identifiés et dans lequel s'inscrit chacun des professionnels. Il planifie le recours aux services adéquats.

Ainsi, à partir de l'évaluation qu'il a effectuée, le gestionnaire de cas peut mobiliser une équipe d'évaluation complémentaire ( service du conseil général chargé de l'APA, caisses de retraite...). Il peut aussi, sur la base d'un protocole d'accord, favoriser une seule procédure valable pour l'évaluation multidimensionnelle des besoins de la personne ainsi que pour l'allocation de ressource et la constitution du plan de services... Assurant le suivi individualisé de la personne, le gestionnaire de cas doit réévaluer régulièrement la pertinence du plan de services mis en place. Ce travail intensif et au long cours limite à quarante le nombre de situations de personnes simultanément suivies.